Nos métiers
Home > Guide des métiers
 
Guide des métiers

Aire de jeux > Conseils pratiques

Choix du site

- Protection de l’aire de jeux des risques liés à la circulation des véhicules à moteur.
- Les plantations ne doivent pas présenter de risque d’empoisonnement ou de blessure.
- Création d’une zone de sécurité tridimensionnelle dégagée de tout obstacle autour du jeu. Ce dégagement est selon la norme de 2 m autour du jeu et de 2,50 m à la sortie des glissières de toboggan.
- Les zones à risques particuliers (abords de balançoires et de tourniquets) doivent être matérialisées
- Les jeux utilisant l’eau doivent être conçus de manière à écarter tout risque de noyade ou d’infection raisonnablement prévisible.
- Les bacs à sable doivent être maintenus dans des conditions d’hygiène satisfaisantes. Pour cette hygiène, on peut recommander un ratissage régulier en surface, le retournement périodique de tout le sable et son changement une fois par an. Les mêmes règles s’appliquent également au gravier et à tout type de sol fluent.
- L’accès des adultes doit être possible en tout point du jeu. Pour les volumes clos la norme prévoit des ouvertures d’un diamètre minimal de 50 cm. Si la profondeur est supérieure à 2,50 m il faut 2 ouvertures indépendantes.
- La stabilité des équipements doit être assurée afin d’éviter tout risque de renversement ou de chute. L’implantation doit être conforme à la notice du fabricant.
- Les zones du sol où des chutes sont possibles depuis les équipements doivent être revêtues de matériaux amortissants appropriés.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Zone d'amortissement des aires de jeux

Le choix des matériaux de la zone d’amortissement sur une aire de jeux dépend de plusieurs considérations :
- l'usage que l'on compte en faire,
- les crédits dont on dispose pour les acquérir,
- les moyens que l'on peut mettre en place pour les entretenir,
- les types de jeux et leur configuration.

Aucun sol n'est plus spécialement recommandé par la réglementation. Toutefois, dans toutes les zones où les enfants sont susceptibles de tomber, en utilisant les équipements, le décret de 1996 impose que les zones soient constituées de matériaux amortissants.

Cependant,  dans toutes les zones, le sol doit aussi être résistant. Il doit donc être choisi en fonction de la fréquentation de l'aire. Le sol doit aussi être choisi en fonction de considérations d'ordre climatique (gel, ensoleillement, pluie, etc.).

On peut classer les sols que l'on trouve sur les aires de jeux en trois catégories principales selon leurs capacités :

1°) Les sols qui utilisent des matériaux fluents ( sable, gravillon roulé, écorces et copeaux de bois) sont  amortissants lorsqu’ils sont répandus en épaisseur suffisante.

Le sable notamment est un excellent amortissant :

- il demande à être aéré régulièrement pour ne pas devenir compact et pour garder son aspect poudreux
- son épaisseur doit être uniformément maintenue
- son coût est faible
- il résiste aux intempéries
- il plaît aux enfants
- il demande un entretien régulier

Le gravillon roulé est aussi un excellent amortissant :

- il est naturellement drainant
- il doit être de petit calibre pour éviter que les enfants ne s'en servent comme projectiles.

Les écorces de bois et les copeaux de bois amortissent aussi très bien les chutes, mais ils résistent moins bien aux aléas météorologiques.

Tous les matériaux fluents requièrent une surveillance particulière. Ils doivent être présents en quantité suffisante et maintenus dans de bonnes conditions d'hygiène.

2°) Les sols qui utilisent des matériaux synthétiques ( revêtements de sols coulés, dalles)

Les matériaux synthétiques, sous forme de sols coulés ou de dalles, sont très amortissants.
Ils sont déclinés sous différentes qualités ayant des propriétés absorbantes modulées.
Ces sols sont très attrayants tant par les effets décoratifs qu'ils permettent que par les couleurs utilisées.
Ils réclament un entretien réduit, mais ils sont d'un coût élevé.

3°) Les sols qui utilisent des matériaux compacts (béton, enrobé bitumineux, terre battue, gazon) 

Le béton et les enrobés bitumineux n'amortissent aucune chute.

Lorsqu'ils sont en bon état, la terre battue et le gazon ont un pouvoir absorbant, mais faible.. En cas de forte fréquentation, ces sols deviennent très compacts. En cas de pluie, la boue les rend glissants. Ils sont à éviter dans les zones d'impact.

Le sol doit aussi être propre. Il doit pour cela satisfaire aux conditions d'hygiène et de propreté permettant d'éviter toute souillure ou contamination.

Sur une aire de jeu, le sol idéal répondra aux six critères principaux :

-  amortissement des chocs dans les zones d'impact
- durabilité et stabilité
- faible rétention de l'humidité
- résistance au glissement à l'état humide ou sec
- facilité d'entretien
- surface finie non abrasive.

Les nouvelles normes équipements et sols d’aires de jeux sont entrées en vigueur en mai 2009. Elles spécifient de nouvelles exigences destinées à protéger les enfants des risques encourus dans l’utilisation d’installation.

Les règles concernant les sols amortissants ont été redéfinies avec l’objectif d’aboutir à une harmonisation de l’ensemble de ces équipements.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Choix des équipements

- S’adresser à un fournisseur satisfaisant aux exigences de conformité. L’attestation est faite par le fabricant ou l’importateur sous sa seule responsabilité. L’attestation par un organisme de vérification ou de certification n’est pas obligatoire.
- Ne pas implanter des équipement à haut risque dans les lieux isolés (forêts).
- Réserver les équipements sportifs spécifiques (type mur d’escalade) à un lieu fermé au public en dehors des temps d’utilisation sous surveillance d’un moniteur.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Implantation des équipements

- Se conformer à la notice du fabricant et suivre les directives techniques.
- La partie supérieure de la fondation doit se trouver à 0,40 mètres minimum en dessous du niveau zéro.
- Lors de la réception du chantier, tester la bonne résistance de l’installation et vérifier tous les boulonnages. Un rapport de réception est établi et conservé dans le dossier de l’installation.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La conception du site

- Prendre en compte les dangers de l’environnement (lacs, rivières, routes, pentes, ....etc.) et envisager une clôture pour éliminer les risques qui en découlent.
- Faire une délimitation pour bien isoler l’aire collective de jeux des autres zones d’activité.
- Prévoir l’aménagement du sol autour du jeu là où un risque de chute est possible depuis l’équipement (pas de sols en béton, goudronnés ou rocheux).
- Différencier les zones de jeux en fonction de l’âge des enfants.
- Prévoir l’encombrement du jeu en ajoutant une zone de sécurité (en hauteur également) de deux mètres sans aucun obstacle (bordure ciment, rochers ..etc.) .
- Prévoir au débouché de la glissière du toboggan une aire de sortie plane d’une longueur de 2,5 mètres (aire de réception de 1,5 mètre avec sol adapté plus une aire de dégagement de 1 mètre, pas de pente, ni trous, ni bosses).

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Evaluation globale de l’aire de jeux

- L’évaluation au regard des exigences de sécurité doit être réalisée pour l’ensemble des équipements.
- Le matériel apprécié comme trop dangereux doit être retiré, et la décision de remplacer les équipements obsolètes prise à temps.
- Sur le plan technique, pour faire un bilan d’évaluation de l’aire de jeu, vous pouvez vous adresser à des entreprises spécialisées. La plupart des organismes agréés (cf. liste à la fin de la brochure) pour le contrôle de conformité de la fabrication des produits ainsi que les fabricants proposent également cette prestation payante.
- L’expertise ainsi réalisée permettra une prise de décision rapide et efficace. Les expertises préconisent également les modifications pouvant être faites sur les équipements pour les rendre plus sûrs, et ainsi assurer une meilleure sécurité aux utilisateurs. Elles renseignent aussi sur les coûts de rénovation.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Entretien du site et maintenance des équipements

- Mettre hors service ou déposer l’équipement de jeu si celui ci présente un danger pour les usagers. Les causes d’accident les plus nombreuses sont la conséquence d’un manque d’entretien.
- Tenir un registre récapitulant pour chaque site et chaque équipement les contrôles effectués et les suites données.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Appréciation des risques

- Aucune échelle d’accès ne doit avoir plus de 3 mètres de hauteur (pour les anciens portiques d’agrès avec des échelles latérales de 4 mètres de hauteur, il convient donc de neutraliser les échelons du bas pour empêcher tout accès).
- Pour les paliers ou plates-formes situés à une hauteur comprise entre 1 et 2 mètres, il faut installer une main courante (d’une hauteur comprise entre 0,50 mètre et 0,75 mètre).
- Pour les paliers ou plates-formes situés à une hauteur supérieure à 2 mètres, il faut une balustrade (d’une hauteur d’au moins 0,75 m).
- Pour les toboggans, la hauteur entre le bas de la glissière et le sol ne doit pas dépasser 35 cm.
- Les hauteurs sont des hauteurs de chute libre, donc à mesurer entre le point le plus haut sur lequel l’enfant peut se hisser et le sol ou le point de réception inférieur à la zone considérée.
- De par sa nature, le jeu présente un risque de chute, il faut donc adapter le sol à cette éventualité. La norme NF EN 1177 (1997) sur les sols apporte à cet égard des indications intéressantes.
- L’emploi de dalles pré-assemblées spéciales pour les surfaces amortissantes peut être une bonne solution.
- Les espaces entre les pièces fixes horizontales et parallèles ne doivent en aucun cas être compris entre 11 cm et 23 cm (à partir d’une hauteur de 60 cm).
- Vérifier l’obturation des tubes (cage à écureuil) pour éviter le coincement des doigts.
- Aménager les angles inférieurs à 50° si les boucle d’anorak peut s’y coincer.
- Supprimer les vis saillantes, les bords coupants et les clous apparents.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les cages et buts de sports

- Ces équipements doivent être munis d’un dispositif d’installation permettant d’assurer leur fixation afin d’éviter toute chute, renversement ou basculement.
- Lors de leur l ère mise sur le marché ces équipements doivent être accompagnés d’une notice d’emploi. Ils doivent porter également le nom et l’adresse du fabricant, leur date de fabrication ainsi qu’une mention d’avertissement rappelant le mode d’installation de l’équipement.
- Toutes les installations actuellement utilisées ont dû faire l’objet d’une vérification de leur stabilité et de leur solidité.
- Pour les cages de buts de football, de handball et de hockey : un essai statique est réalisé en suspendant une charge de 180 kilogrammes verticalement au milieu de la barre transversale de la cage de but pendant une durée de une minute, la charge devant être distante du sol de 20 centimètres. Après l’essai l’équipement et le système de fixation ou de contrepoids ne doivent pas avoir subi de rupture, déplacement ou déformation.
- Pour les buts de basket-ball : un essai statique est réalisé en suspendant une chargé de 320 kilogrammes verticalement à partir du point d’ancrage reliant le cercle du panier au panneau pendant une durée d’une minute, la charge devant être distante de 20 centimètres du sol.
- Après l’essai l’équipement et le système de fixation ou de contrepoids ne doivent pas avoir subi de rupture, déplacement ou déformation.
- Ce test de solidité n’est obligatoire qu’une seule fois, par contre la vérification régulière du bon état des buts est obligatoire. Elle est préconisée au moins une fois par an (vérification en interne), le test de solidité (avec la suspension d’une charge) peut être renouvelé en cas de doute.
- Un plan d’entretien doit être élaboré. Les résultats des vérifications effectuées sont consignés dans un registre.


Moteur de recherche
 



Inscription événements
 


Questionaires en ligne
 


La vie de la fédé
 


Les événements de la fédé
 
© 3wcom - 2019 - Communication internet  crédits photos  mentions legales